Notre petit jardin canadien

Mis à jour : 23 sept. 2018

Après notre mariage, à la fin de l’été 2017, mon mari et moi avons déménagé en Alberta, Canada. J’y ai expérimenté mon premier vrai hiver canadien. Nous habitons la ville d’Edmonton, où les températures atteignent -30°C et la neige ne fond pas avant le mois de mai. Lorsque les premiers signes du printemps apparaissent, la ville entière se transforme. Dès que les degrés sont dans le positif, on enlève nos vestes et on sort les shorts. Les quelques bourgeons précoces sont photographiés pour prouver sur les réseaux sociaux, que oui, le printemps est là.

La saison des jardins potagers commencent.

Avec mon mari, nous avons aussi décidé de nous lancer. Après plus de six mois de blanc, nous étions prêt à enfin voir du vert autour de nous. Nous vivons dans un petit appartement sans jardin, c’est donc sur notre balcon que nous avons installé notre attirail: un grand bac, des pots de différentes tailles, de la terre et un arrosoir. Nous étions prêts. Les premières graines furent plantées, à l’intérieur bien sûr, le printemps à Edmonton n’est pas si prévisible en mai. Malgré tout l’amour porté à ces plantons, aucun n’a survécu. Mais nous n’avons pas abandonné, et avons retenté quelques semaines plus tard, à l’extérieur cette fois. Des petites tiges pleines de promesses sont enfin apparues, puis ont grandi. La fierté ressentie à la vue de nos bébés plantes nous encourageait à prendre le temps de les chouchouter.

Le succès était loin d’être total, soyons honnête. Mais nous avions quelques herbes aromatiques, un chou kale, un plant de piment et un plant de tomate qui grandissaient sous nos yeux. Nous étions particulièrement contents de notre chou kale et après plusieurs semaines de discussion nous avons décidé de le déguster en salade. Mon mari en charge de le préparer, l’a tout d’abord pris en photo et pour le montrer fièrement à ses amis. Puis après l’avoir soigneusement préparé nous nous sommes mis à table. Les légumes qui viennent de son propre jardin sont les meilleurs, c’est bien connu. Quel délice. Après quelques bouchées, mon attention s’est arrêtée sur un intrus. Un énorme ver de plusieurs centimètres qui a échappé à la préparation minutieuse. Après quelques secondes d’inspection, trois autres vers furent découverts, à notre grande tristesse. L’appétit un peu coupé, nous avons terminé notre repas tant bien que mal.

L’été est désormais bel et bien fini. La neige commence déjà à tomber et les arbres perdent leurs feuilles. Nos tomates n’ont jamais mûri, et le reste du jardin est en fin de course.

Le bilan n’est pas glorieux, quelques herbes et quelques piments, un chou kale plein de vers, et des jolies tomates complètement vertes. Si l’on calcule de façon rationnelle le temps et l’argent que nous avons dépensés dans cette aventure, nous n’en sortons pas gagnants.

Mais notre petit jardin était plus que ça. Il nous a non seulement permis de nous arrêter et d’observer le processus de création, il nous a également permis de grandir dans notre appréciation de cette création que Dieu nous a confiée. En entrant en relation avec la création et en mettant nos efforts et notre temps pour prendre soin de ces quelques plantes nous avons développé un nouveau rapport à la nature. Lorsque nous allons au marché le samedi matin acheter nos légumes, ce ne sont plus de simples légumes que nous allons consommer et qui coûtent toujours trop chers. Ce sont des représentations de la bonté et de l’abondance du Créateur. Ce sont des petits miracles, des cadeaux du Dieu qui prend soin de nous.

Le premier rôle donné à Adam, dans Genèse 2 verset 15 est de cultiver et garder le jardin dans lequel il a été placé. Dieu nous appelle à participer et à prendre part à sa création. Bien entendu, avoir un jardin potager et faire grandir des plantes n’est de loin par le seul moyen d’y arriver. Mais dans nos vies modernes remplies, il est facile de passer à côté de ces moments. Nous occuper d’un jardin est non seulement un art que nous pouvons apprendre à maîtriser mais également une forme de discipline spirituelle qui nous ramène à la source de vie.


Ecclesia
Domestica

Nous écrire:

laetitia.bapst.andre@gmail.com

Route de Payerne 5

1752 Villars-sur-Glâne

Fribourg, SUISSE

©2018 by Ecclesia Domestica. Created with wix.com

  • Grey Instagram Icon